titolosottotitolo

TwitterFacebookYouTubeMailFeed RSS

Elle n'est pas morte (aux survivants de la Semaine sanglante)

Autore testo:  Eugene Pottier
Anno: 
1886

On l'a tuée à coups d' chassepot, A coups de mitrailleuse, Et roulée avec son drapeau Dans la terre argileuse Et la tourbe des bourreaux gras Se croyait la plus forte. Tout ça n'empêch' pas, Nicolas, Qu'la Commune n'est pas morte! Tout ça n'empêch' pas, Nicolas, Qu'la Commune n'est pas morte! Comme faucheurs rasant un pré, Comme on abat des pommes, Les Versaillais ont massacré Pour le moins cent mille hommes. Et ces cent mille assassinats Voyez c' que ça rapporte. Tout ça n'empêch' pas, Nicolas, Qu'la Commune n'est pas morte! Tout ça n'empêch' pas, Nicolas, Qu'la Commune n'est pas morte! On a bien fusillé Varlin. Flourens, Duval, Millière, Ferré, Rigault, Tony Moilin, Gavé le cimetière. On croyait lui couper les bras Et lui vider l'aorte. Tout ça n'empêch' pas, Nicolas, Qu'la Commune n'est pas morte! Tout ça n'empêch' pas, Nicolas, Qu'la Commune n'est pas morte! Ils ont fait acte de bandits, Comptant sur le silence, Ach'vés les blessés dans leurs lits, Dans leurs lits d'ambulance. Et le sang inondant les draps Ruisselait sous la porte. Tout ça n'empêch' pas, Nicolas, Qu'la Commune n'est pas morte! Tout ça n'empêch' pas, Nicolas, Qu'la Commune n'est pas morte! Les journalistes policiers Marchands de calomnies, Ont répandu sur nos charniers Leurs flots d'ignominies Les Maxim' Ducamp, les Dumas, Ont vomi leur eau-forte. Tout ça n'empêch' pas, Nicolas, Qu'la Commune n'est pas morte! Tout ça n'empêch' pas, Nicolas, Qu'la Commune n'est pas morte! C'est la hache de Damoclès, Qui plane sur leurs têtes. A l'enterrement de Vallès Ils en étaient tout bêtes. Fait est qu'on était un fier tas A lui servir d'escorte! C'qui vous prouve en tout cas, Nicolas, Qu' la Commune n'est pas morte! C'qui vous prouve en tout cas, Nicolas, Qu' la Commune n'est pas morte! Bref, tout ça prouve aux combattants Qu'Marianne a la peau brune, Du chien dans l'ventre et qu'il est temps D'crier : Vive la Commune! Et ça prouve à tous les Judas Qu'si ça marche de la sorte, Ils sentiront dans peu, Nom de Dieu! Qu' la Commune n'est pas morte! Ils sentiront dans peu, Nom de Dieu! Qu' la Commune n'est pas morte!

ilDeposito.org non fornisce file o audio o registrazioni dei canti presenti ma ci limitiamo a segnalare altri siti dove è possibile ascoltare e/o scaricare i canti.

Link per ascoltare e/o scaricare il canto:

Informazioni

Celeberrimo canto, dedicato da Eugène Poittier nel maggio 1886 "Aux survivants de la Semaine sanglante", sull'aria di "T'en fais pas Nicolas" di M. Parizot.
Il testo è quello pubblicato dall'autore nel maggio 1886, che presenta alcune varianti rispetto a quello della sua prima pubblicazione su La Question Sociale, n. 3, del 1885.
Vedi anche la traduzione pressochè letterale di Coggiola e del Nuovo Canzoniere Milanese, La comune non è morta

Indicazioni bibliografiche

Condividi

Strumenti

La storia cantata

Questo contenuto è legato all'evento La repressione della Comune di Parigi (22 May 1871).

Scheda del canto

Autore testo:  Eugene Pottier
Anno: 
1886
Lingua:  francese
Inserito da: ilDeposito.org
Note di pubblicazione
I diritti del contenuto sono dei rispettivi autori.
Lo staff de ilDeposito.org non condivide necessariamente il contenuto, che viene inserito nell'archivio unicamente per il suo valore storico, artistico o culturale (maggiori informazioni).

Newsletter

La Storia Cantata

L M M G V S D
 
 
 
 
1
 
2
 
3
 
4
 
5
 
6
 
7
 
8
 
9
 
10
 
11
 
12
 
13
 
14
 
15
 
16
 
17
 
18
 
19
 
20
 
21
 
22
 
23
 
24
 
25
 
26
 
27
 
28
 
29
 
30
 
31